Accueil A la une Adj 2019 : Le...

Adj 2019 : Les critères qui disqualifient Camair Co

2083
0

Le cahier de charge présenté par le président de la commission nationale du  ADJ,  à l’occasion de sa 32e session met hors course l’étoile du Cameroun.

Paul Atanga Nji ,  ministre de l’Administration territoriale ,président de la commission nationale du ADJ a tenu la première Réunion préparatoire au ADJ 2019 le 19 mars à Yaoundé.  Le cahier de charges à l’intention des compagnies nationales et internationales n’est pas favorable pour  Camair.Co

En vue de la bonne organisation du adj 2019 et du maintient du standard atteint lors du ADJ 2018, le Minat exige aux compagnies aériennes nationales et internationales de remplir les éléments de cahier de charge ci-après : chaque compagnie doit justifier d’une flotte d’au moins dix aéronefs  dont six avions de type Boeing 777-200 ou 300-ER âgés de moins de 10 ans et quatre Boeing 767-200 ou 300-ER  de moins de 15 ans ou de tout type d’avion de performances analogues ou supérieures. Ensuite un équipage renforcé avec des compétences à jour pour chaque aéronef, un certificat de navigabilité à jour sans tolérance technique en cours.

Chaque avion doit-être détenteur de tous les documents exigibles à bord (certificat de navigabilité, assurance, certificat de nuisance, manuel de vol, licence station radio, etc) ; chaque compagnie doit-être détentrice d’un certificat de transport aérien à jour. La compagnie ne doit faire l’objet d’aucune sanction de l’autorité aéronautique nationale et internationale reconnue par l’OACI. Autres conditions : assurer le transport de tous les pèlerins camerounais en trois jours au départ de Garoua et de Douala vers Médine comme en 2018 ; assurer en trois jours le retour de tous les pèlerins à partir de Djedda  pour Garoua et Douala pour un séjour n’excédant  pas 26 jours dans les lieux sains.

Pour le Minat, il n’y a pas de place pour des disfonctionnements. A cet effet, il sera davantage exigeant en 2019. Une caution bancaire de 5 milliards est demandée à toutes les compagnies candidates. « Vous ne pouvez pas être transporteur quand vous n’avez pas les moyens, quand vous n’avez pas de flotte, vous ne pouvez pas  c’est une réalité » a mentionné le Minat. Chaque compagnie doit acceptez d’accorder une franchise de bagages de 46 kg à tout les pèlerins et de 10 kg ensuite». C’est déjà une exigence du chef de l’Etat en 2018, a précisé le Paul Atanga NJI avant d’ajouter que les compagnies doivent accepter les excédants des bagages payants. Les compagnies étrangères doivent justifier d’un bureau permanent au Cameroun. « Une compagnie qui n’a pas un point focal au Cameroun ne peut pas faire partie de notre liste », a réitéré le Minat.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de