Accueil A la une Le tribunal r...

Le tribunal rejette la demande de libération du président du MRC

36
0
18 Partages

La nouvelle fait le tour des tabloïds et autres réseaux sociaux, ce mercredi matin. Ecroué depuis la fin du mois de Janvier, Maurice Kamto, absent lors de l’audience de ce 09 Avril, a vu sa demande libération rejetée par le tribunal   

La Cour d’appel de la région camerounaise du Centre, à Yaoundé, a confirmé la décision prise en première instance, rejetant la demande de libération de M. Kamto, a affirmé Me Sylvain Souop. Selon lui, le verdict a été rendu en l’absence de l’opposant et de ses avocats. Le rejet concerne six autres personnes, des soutiens et collaborateurs, d’après l’avocat.

Sur les réseaux sociaux, le porte-parole de M. Kamto, Olivier Bibou Nissack, a dénoncé « des décisions secrètes rendues, en l’absence de tout débat de fond et, en l’absence des avocats et des prisonniers politiques ».

« Mardi, l’opposant a refusé de quitter la prison pour la Cour parce qu’il n’avait pas les garanties que l’audience serait publique comme il l’exige depuis le début de la procédure », a ajouté Me Souop.

Début avril, il s’était déjà abstenu de prendre part à une audience à huis clos. En son absence, l’avocat général avait alors pris ses réquisitions, préconisant le rejet de sa demande de libération.

Le président du mouvement pour la renaissance du Cameroun, deuxième à l’issue de la présidentielle d’octobre 2018, a été arrêté, ainsi qu’environ 150 personnes, à la suite d’une manifestation organisée dans plusieurs villes du Cameroun et à l’étranger, le 26 janvier dernier.

Mi-février, l’opposant et plusieurs de ses militants et partisans ont été présentés devant le tribunal militaire de Yaoundé, où une information judiciaire pour « hostilité contre la patrie et insurrection », entre autres accusations, a été ouverte à leur encontre.

Ses avocats avaient introduit en première instance une demande de libération en dénonçant notamment « le traitement inhumain subi par M. Kamto et les autres leaders de la coalition qui s’était formée autour de lui lors de la présidentielle.»

18 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de