Accueil Afrique Afrique de l'Ouest BAD-Managemen...

BAD-Management : Akinwumi Adesina seul candidat à sa propre succession

29
0
Dr AKINWUMI ADESINA, CANDIDAT SORTANT AU POSTE DE PRÉSIDENT DE LA BAD
0 Partages

Elu en 2015, le nigérian va surement rempiler pour un second mandat car le 31 janvier dernier, date butoir de déclaration des candidatures, il était le seul candidat.

Elu le 28 mai 2015 pour un mandat de cinq ans, son mandat arrive à expiration cette année 2020. Il n’y aura pas de suspense car au soir du 31 janvier 2020, la candidature du Dr Akinwumi Adesina était la seule reçue par le Conseil des gouverneurs de la BAD, six mois après le lancement de l’appel à candidature le 1er juillet 2019. Au delà des ententes politiques qui régissent les élections au sein de cette instance financière panafricaine, son bilan est jugé très satisfaisant par de nombreux observateurs. En effet il aura selon les observateurs mis en place les projets inscrits dans « Ma vision » son programme, qui visait selon lui à bâtir une « nouvelle Afrique caractérisée par une croissance durable et partagée dans la prospérité, qui est unie, en paix et en sécurité, intégrée sur le plan régional et compétitive sur le plan mondial ; un continent d’espoir, d’opportunités et de liberté, où la prospérité est partagée par tous. Une Afrique ouverte au monde, dont les Africains sont fiers »

SIEGE BAD

Il s’est évertué à mettre durant ces cinq dernières années sa vision à travers ses cinq priorités qui étaient éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des Africains. Il aura également lancé le « New Deal pour l’énergie en Afrique » avec un budget de départ de 50 milliards de dollars soit environ 28750 milliards FCfa, avec pour objectif de financer le raccordement de 130 millions d’Africains au réseau électrique et équiper 75 millions de personnes en systèmes fonctionnant hors réseaux.

MEMBRES BAD

Dans un bilan personnel dressé en février 2019 par le Dr Akinwumi Adesina devant les membres du corps diplomatiques, il déclarait déjà que « La Banque africaine de développement est au centre des actions menées pour la réussite de cette zone de libre-échange continentale. Nous avons investi plus d’un milliard de dollars pour soutenir le financement du commerce en Afrique ».  Dans la même adresse il a reconnu que la BAD a investi 01 milliard de dollars de plus dans AfreximBank, dont 650 millions constituent des lignes de crédit pour le financement du commerce et 350 millions en assurance.Au titre des cinq priorités de la Banque Africaine Développement, Adésina avait saisi le prétexte de la rencontre d’Abidjan avec le corps diplomatique pour révéler les ambitions claires de la BAD. Il a   révélé, que l’organisation continue d’investir dans les infrastructures, pour mieux interconnecter les pays et améliorer ainsi leur compétitivité.

L’institution a ainsi soutenu la Cedeao à hauteur de 16 millions de dollars pour la réparation d’études de faisabilité du corridor Lagos-Abidjan a-t-il indiqué. Elle a assuré également le financement de 1 000 kilomètres de route entre Addis-Abeba et Mombasa, qui ont multiplié par cinq les échanges entre l’Éthiopie et le Kenya. Elle a été partie prenante de la construction historique du pont sénégambien reliant la Gambie au Sénégal, inauguré le 21 janvier 2019, sans compter que son intervention a permis au portefeuille d’investissement de la Banque en Côte d’Ivoire d’être multiplié par 3, ces trois dernières années, pour atteindre 1,8 milliard de dollars en 2018.
« Les High 5 de la Banque, nos cinq grandes priorités, sont en train de produire des effets significatifs partout sur le continent », avait soutenu le président Akinwumi Adesina.
Poursuivant son bilan toujours, le Président de la BAD avait ajouté, en écho à la priorité « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie », qu’en 2018, 4,5 millions de personnes ont été raccordées au réseau électrique. « Près de 20 millions ont accédé à des technologies agricoles améliorées « Nourrir l’Afrique ». Dans le même temps les investissements dans le secteur privé ont bénéficié à 1,1 million de personnes sous la priorité « Industrialiser l’Afrique ».

RESPONSABLES BAD

Quelques 14 millions ont eu accès à des services de transport améliorés dans le cadre de la priorité « Intégrer l’Afrique », quand 8 autres millions de personnes, elles ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement en exécution de l’axe prioritaire « Améliorer la qualité de vie des populations africaines », selon le patron de la Bad.
Sous son initiative, il faut le reconnaître, la Bad a lancé l’AfricaInvestment Forum, dont la première édition a eu lieu en novembre 2018 à Johannesburg en Afrique du Sud, autour de 2 000 personnes comprenant des investisseurs venus de 53 pays à travers le monde, des fonds de pension et des fonds souverains.
La grande prouesse du patron de la Bad durant son premier mandat, a été d’avoir réussi l’augmentation du capital de l’institution. Répondant à la question   de savoir si la triple A n’était pas en péril sans une augmentation conséquente du capital de la Bad lors de la conférence de presse de clôture des assemblées annuelles de la BAD à Malabo, il affirmait sans ambages que « La banque africaine de développement est solide » Avant de poursuivre ; notre banque est extrêmement solide et de dresser la feuille de route qui doit sanctionner cette augmentation du capital ».
Comme une prophétie, le 31 octobre 2019, la Bad annonce une augmentation de son capital à hauteur de 125%. Il passe ainsi de 93 à 208 milliards de dollars sur dix ans, de 2020 à 2030.

Antony Daka

0 0 vote
Article Rating
0 Partages
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments