Accueil A la une Banque mondia...

Banque mondiale- Aide coronavirus : Le Cameroun veut sa part du gâteau

66
0
INFECTION AU CORONAVIRUS
5 Partages

Le communiqué de presse publié par le Ministère camerounais de la santé en date du 06 mars 2020, arrive comme par enchantement au lendemain de l’aide d’environ 7000 milliards de FCFA que l’institution de Breton-Wood compte accorder au pays pauvres.

Douze milliards de dollars soit environ 7000 milliards de FCFA de la part de la Banque mondiale en faveur des pays en développement en proie aux conséquences sanitaire et économique du Coronavirus. « Avec cette annonce de l’institution financière, vous verrez que le Cameroun sera le 61ème pays à déclarer ce virus. Nous entrerons dans les jours à venir dans le cercle restreint de la dizaine de pays africains à être frappée par le COVID-19 ». Affirme monsieur Samuel, rencontré dans les couloirs de l’hôpital de référence Chantal Biya à Yaoundé. Ce Médecin retraité qui a refusé de décliner toute son identité a tout même réaffirmé « Vous confirmerez au plus tard dans les 72 heures qui viennent et vous direz que le père là avait raison ».

PREVENTION CORONAVIRUS CAMEROUN

Un hasard pour paraphraser Chris Maker, a des intuitions qu’il ne faut pas prendre pour des coïncidences. Néanmoins il faut reconnaître que le timing entre l’annonce faite au soir du 03 mars 2020 par David Malpass, le Président du groupe de la Banque mondiale au siège de l’institution à Washington et le communiqué de Manaouda Malachie, Ministre de la Santé du Cameroun, donne quelque peu raison à cet ancien haut cadre du Minsanté.

CONFÉRENCE CONJOINTE BANQUE MONDIALE-FMI

Le Cameroun comme l’a prédit le médecin fait désormais partie des pays touchés par le coronavirus avec un premier cas et par voie de conséquence, le pays devrait bénéficier prioritairement de l’appui accordé par l’institution financière. Un don peut-on lire dans le communiqué publié par le groupe de la Banque mondiale  « ciblera en priorité les pays les plus pauvres ainsi que ceux les plus à risque et dépourvus de capacités suffisantes. Le Groupe de la Banque mondiale adaptera son intervention et les modalités d’allocation de ses ressources s’il y a lieu, en fonction de la propagation de la maladie et de l’évolution de ses effets ».

Une déclaration forte, qui a apparemment aiguisé l’appétit financière du pays de Paul Biya, reconnu selon certains observateurs comme maître en matière de récupération de tout ce qui, par quelques moyens que ce soit, pourrait davantage accorder des opportunités financières aux thuriféraires de cette administration. Un apport qui sera loin de l’orientation officielle de départ,  bien loin de la cible principale qu’est la population vulnérable, mais plutôt destiné aux gestionnaires engagés dans ce processus dont l’occasion est donnée de se remplir les poches, suite à cette manne tombée de l’une des institutions jumelles de Washington.

 

MUTATIONS CORONAVIRUS

Une nouvelle passerelle pour le régime de Yaoundé, qui pourra une fois plus, en cette période de vaches maigres financières, aguicher son éternel créancier le Fonds monétaire International . L’instance financière annonçait lors de la rencontre conjointe avec la BM du 03 mars 2020, la mise à disposition d’une cinquantaine de milliards de dollars dont dix(10) pouvant être prêtés à taux zéro (0), à destination des pays pauvres et en développement. Pour cela quelques conditions seront nécessaires selon Kristiatina Géorgiéva du FMI « Ces sommes seront prêtés en fonction de quatre facteurs que sont : la solidité du système de santé, la vulnérabilité aux chocs de prix, la dépendance aux exportations de matières premières et enfin la marge de manœuvre budgétaire de l’Etat ». Des critères qui ne font que conforter la pôle position du Cameroun, en course vers ce gâteau mondial qui, au final, pourrait empoisonner ces populations.

Brice Ngolzok  

5 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de