Accueil A la une Bénin : Les v...

Bénin : Les violences post-électorales qui secouent le pays

508
0
25 Partages

Le 2 mai 2019, des centaines d’opposants béninois sont redescendus dans les rues de Cotonou ont érigé des barricades enflammées pour défier les forces de l’ordre.

Après des législatives boycottées par l’opposition, qui en avait été évincée, des centaines d’opposants béninois sont redescendus dans les rues de Cotonou, jeudi, où ils ont érigé des barricades enflammées pour défier les forces de l’ordre. Depuis le début des violences qui ont éclaté  le 1er mai dans l’après-midi après le déploiement des forces de sécurité autour du domicile de l’ancien président Boni Yayi,  Une personne est morte et deux autres ont été grièvement blessées, dont une par balle. Les violences se sont concentrées aux alentours de la résidence de l’ancien chef de l’Etat Boni Yayi car Ses partisans craignaient son arrestation. De son côté, le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia, a démenti toute intention d’arrêter l’ancien président. « C’est une fake news », a-t-il martelé lors d’un point de presse, assurant que les forces de l’ordre avaient été déployées pour empêcher des rassemblements de manifestants.

La tension commence à se faire ressentie  le 1er mai lorsque  la Commission électorale (Cena) avait dévoilé les résultats préliminaires des élections législatives de dimanche, marquées par un taux d’abstention frôlant les 80%, une première au Bénin.  L’opposition, avait appelé a boycotter le scrutin car pour des raisons administratives, officiellement  elle   n’avait pas été autorisée à présenter de candidats.  Un ultimatum au chef de l’État Patrice Talon,  avait été lancé par  les ancien président  Boni Yayi  et Nicéphore Soglo,  lui demandant d’annuler le scrutin qualifié de « coup d’État électoral ».  à cet propos Boni Yayi a déclaré : « Talon marchera sur nos corps » avant d’entériner le nouveau Parlement ».

25 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de