Accueil A la une Cameroun-Agri...

Cameroun-Agriculture urbaine : Des handicapés s’y imprègnent

40
0
SESSION DE FORMATION EN AGRICULTURE URBAINE DES PERSONNES VIVANT AVEC UN HANDICAP
1 Partages

L’association des personnes handicapées moteur du Cameroun vient d’organiser un atelier de formation sur cette nouvelle pratique génératrice de revenus, réalisée dans un espace réduit tout en préservant la biodiversité.

« L’agriculture urbaine peut être pratiquée dans des surfaces réduites à la maison chez soi. Cela ne nécessite pas de moyens énormes, on peut la faire en recyclant des bouteilles en plastique, des roues de voitures, des sacs, et le rendement est important parce que cela fait vivre son homme et tout dépend maintenant de la manière dont on le fait » d’après Kouam Julien, responsable du développement agricole, à la délégation du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural de l’arrondissement de Yaoundé 6, dans le département du Mfoundi, région du Centre.

AGRICULTURE URBAINE EN AFRIQUE

Ce nouveau concept  vient s’adapter au contexte socio-économique du Cameroun avec un appel et un encouragement des autorités à pratiquer l’agriculture. Sauf que des enquêtes menées par L’association des personnes handicapées moteur du Cameroun (Aphmc) au cours de leurs activités sur le terrain ont révélé que les personnes handicapées, particulièrement les femmes étaient exclues en ce qui concerne l’agriculture classique du fait de leur handicap, malgré leur bonne volonté.

EXEMPLE D’AGRICULTURE URBAINE DERRIÈRE FLORENTINE TCHOKOTE, COORDONNATRICE DES PROJETS APHMC

La solution est apparue comme celle portant sur la pratique de l’agriculture urbaine permettant de produire des produits agricoles de première nécessité comme des légumes, les aromates et aussi des plants de la pharmacopée. C’est donc une forme d’agriculture biologique qualifiée d’inclusive pratiquée sur des espaces réduits adaptables aux conditions physiques des agriculteurs handicapés et favorisant le recyclage des objets et matériaux locaux. Ceci dans des espaces de culture de produits sains, propres à la nutrition et à la santé du consommateur.

C’est dans ce sillage qu’il faut donc situer le projet de préservation de la biodiversité à travers la pratique de l’agriculture urbaine par les femmes ayant un handicap moteur. La première session des séminaires d’imprégnation vient de s’achever au bénéfice d’une cinquantaine de participants qui ont reçu des techniques de recyclage créatifs, les atouts de cette forme d’agriculture, la nécessité de la préservation de la biodiversité, les fiches techniques des cultures, de transformation et de conservations des plantes du quotidien ainsi que leurs vertus naturelles. Les participants ont également été interpellés sur la nécessité de créer des réseaux pour la production, l’achat et la vente des produits des personnes handicapés. Au regard de l’engouement observé au terme de la première session de formation, nul doute que dès la prochaine saison des récoltes, leurs productions seront mises sur le marché.

Antony DAKA

 

0 0 vote
Article Rating
1 Partages
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments