Accueil A la une Cameroun-Tcha...

Cameroun-Tchad : Plusieurs décennies d’une coopération fructueuse

15
0
COOPÉRATION CAMEROUN-TCHAD
13 Partages

La pose récente de la première pierre du second pont sur le fleuve Logone vient ainsi consolider un partenariat gagnant-gagnant entre ces deux pays de la sous-région Afrique Centrale.

La cérémonie de la pose de la première pierre effectuée sur le fleuve Logone, entre la localité  de Bongor dans le mayo-kebbi Est au Tchad et celle de Yagoua dans le mayo-Danay à l’Extrême-Nord au Cameroun vient davantage affermir les liens de coopération qui unissent ces deux pays frontaliers de la sous-région Afrique Centrale.

Une nouvelle marque du dynamisme tissé depuis plus de 05 décennies entre le Cameroun, pays leader de la zone et le Tchad, reconnu comme l’un des berceaux de l’humanité. Une vision commune qui porte à nouveau l’écho loin à l’horizon  à travers les voix de Idriss Déby Itno, président tchadien de la république et de Joseph Dion Nguté, premier ministre Camerounais, tous présent pour mettre en vitrine cet accord finalisé le 24 mai 2018, entre les présidents des deux pays partenaires.

PONT SUR NGUELI ENTRE LE CAMEROUN ET LE TCHAD

Un modèle en droite ligne avec la volonté prônée dans le cadre de la Zone de libre échange continentale africaine(ZLECA) qui permet ainsi de faciliter les transactions entre les deux États, ceci par le biais de cette liaison terrestre d’environ 700 kilomètres pour un coût estimé à plus 100 milliards de FCFA, financée sous la base d’un don de la Banque africaine de Développement(BAD) à hauteur de 74 milliards de FCFA et de celui de l’Union Européenne pour près de 27 milliards de FCFA. Une infrastructure qui vient ainsi rappeler de nombreux projets encadrés concomitamment par les deux pays.

Secteur terrestre

La flamme qui jaillit depuis de 27 février 2020 autour de ce projet de liaison via un pont de traversé sur le fleuve Logone est sans doute tout aussi comparable à celle qui illumine depuis 2014, l’initiative de la commission conjointe de mise en œuvre d’une ligne de chemin fer(COMIFER). 800 kilomètres, c’est la distance à braver pour relier la ville de  N’Gaoundéré dans la région château d’eau du Cameroun au Nord de ce pays et la capitale Ndjamena au Tchad. Environ 5000 milliards de FCFA seront  nécessaires pour réaliser cette infrastructures modernes qui permettrait d’acheminer aisément les marchandises entre les deux pays, tout en limitant les goulots d’étranglement causés par les multiples contrôles inopinés et corrompus des agents véreux des Administrations des deux Etats.

VISITE OFFICIELLE D’IDRISS DEBY AU CAMEROUN

Secteur Énergétique  

2017, augurait une ère nouvelle entre le Cameroun et le Tchad en matière d’énergie électrique. En effet en décembre de cette année, la BAD validait le financement du projet d’interconnexion électrique entre les deux pays à hauteur de 65% sur les plus 260 milliards de FCFA prévus pour ces travaux. Un projet qui précède celui signé en décembre 2018 entre la BAD et l’Union Européenne. Un concept tout aussi prometteur, relatif au processus d’interconnexion de la dorsale transsaharienne à fibre optique entre le pays d’Idriss Déby et celui de Paul Biya, pour un coût de construction estimé à environ 40 milliards de FCFA. Un panel énergétique qui vise à  mieux offrir aux populations des deux pays de l’électricité de qualité et disponible dans tous les ménages.

Secteur commercial 

90% des importations du Tchad  transitent par le Port autonome de Douala, une réalité qui fait du Cameroun le premier partenaire commercial du Tchad dans le continent. Une place confortée avec ce qui constitue sans doute l’un des plus grands partenariats de la sous-région : le pipeline Tchad-Cameroun.

VISITE OFFICIELLE D’IDRISS DEBY AU CAMEROUN

Un oléoduc long  de plus de 1000 kilomètres qui permet d’acheminer le pétrole brut du Tchad vers la station balnéaire de Kribi, dans la région du Sud au Cameroun. Un projet entamé à l’an 2000 et dont l’extraction du pétrole depuis 2003 permet aux deux États de partager de façon annuelle environ 4000 milliards de FCFA, ceci pendant 28 ans. Une référence palpable de cette entente quasi parfaite au travers d’accords fructueux qui lient les deux Etats. Des pays engagés, chacun en fonction de ses potentialités, vers un processus de développement dans différents secteurs de la vie socioéconomique de ses populations.

Brice Ngolzok

13 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de