Accueil A la une Comment capit...

Comment capitaliser les investissements chinois au Cameroun ?

99
0
0 Partages

COOPÉRATION : tout en s’enthousiasmant des ressorts de la coopération entre l’empire du Milieu et les pays africains suite à la tenue du sommet Chine-Afrique, il revient au pays du continent, dont le Cameroun, de piloter leur politique économique.

A l’issue du sommet Chine-Afrique des 3 et 4 septembre 2018, l’Empire du Milieu annonce qu’il va allouer 60 milliards de dollars au financement de sa coopération avec les pays africains. Suffisant pour que l’on embouche les clairons de la célébration démagogique dans certains pays africains. Le Cameroun n’est pas en marge des pays qui couvrent l’Empire du Milieu de louanges, laissant croire que cette coopération est le signe annonciateur du développement du continent. Certains thuriféraires vont jusqu’à pestiférer la coopération avec l’Europe et l’Amérique. Question de mieux mettre en perspective les nouveaux ressorts de la coopération sino-africaine, quand bien même aucun pays africain n’a rompu ses liens avec ses anciens partenaires. Les réalisations chinoises sont bien visibles au Cameroun : Le palais polyvalent des sports de Yaoundé, le palais des congrès, les hôpitaux gynéco-obstétriques, le barrage de Lagdo dans le Nord Cameroun… La gestion de ces œuvres de l’Empire du Milieu s’intègre dans les politiques publiques en matière de santé, de sport, d’énergie…

La Chine est un mastodonte sur les plans démographique, économique et même politique. Mais l’Empire du Milieu ne nourrit pas pour le moment de prétentions de domination politique. Contrairement aux occidentaux qui s’intéressent aux questions d’alternance au sommet de l’Etat, aux droits de l’homme et à l’espérance de vie politique des dirigeants, la Chine reste indifférente en ce qui concerne certains aspects de la politique interne des Etats avec lesquels elle coopère. Mais elle a quand même un penchant hégémonique, même si elle vante une aide « sans conditions », comme l’a laissé entendre son président XiJinping. La Chine, qui promeut les nouvelles routes de la soie, est à ce jour le premier partenaire commercial du continent africain. « La Chine est devenue un partenaire essentiel de l’Afrique, même si cela ne veut pas dire qu’elle y est seule et que les pays africains se détournent des Etats-Unis, de l’Union européenne ou des autres pays émergents », relativise le politologue français Jean-Pierre Cabestan, spécialiste de la Chine.

Les pourfendeurs de la coopération entre l’occident et l’Afrique croient que l’Europe et les Etats-Unis sont des emblèmes du colonialisme et du néocolonialisme. Qu’en est-il exactement ? Pour le sinologue Jean-Pierre Cabestan, « plus que néocolonialiste, la Chine se montre plutôt hégémonique en Afrique, voire impérialiste, tirant parti de sa force de frappe financière et commerciale pour imposer son jeu et ses vue, et parfois s’ingérer dans les affaires internationales où elle promeut la non-ingérence. » Aux pays africains de savoir donc tirer parti de cette coopération qui a sa dose d’impérialisme.

0 0 vote
Article Rating
0 Partages
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments