Accueil A la une Agropastoral ...

Agropastoral : Les jeunes du monde se lâchent à Yaoundé

7068
0
15 Partages

Dans l’espoir des lendemains qui chantent, ils sont environ 500 jeunes venus  des quatre coins de la planète pour partager leurs expériences au sommet international de l’entrepreneuriat agro-pastoral des jeunes qui se tient du 28 février au 3 mars 2019.

Selon des chiffres donnés par  Gabriel Mbairobe, ministre de l’Agriculture et du Développement rural du Cameroun lors de son discours d’ouverture du sommet international sur l’entrepreneuriat agro-pastoral, plus de 1,2 milliard de jeunes au monde, soit 88% habitent les zones rurales des pays en développement. 75 millions d’entre eux sont sans emploi. Et pourtant le secteur agricole est un important vivier pour la promotion d’emplois décents. Il semble aujourd’hui que l’exploitation de ce potentiel est vitale en Afrique. Raison pour laquelle, le gouvernement du Cameroun, en partenariat avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Système des nations-unies au Cameroun  et le Procasur, ont organisé un sommet international de la jeunesse. Le thème de ces assises porte sur la mise en évidence du potentiel des jeunes pour une transformation rurale durable, ainsi que pour la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Réseau mondial

Fort de ce thème, environ 500 jeunes du monde constituant 35 délégations prennent part au sommet international sur l’entrepreneuriat agropastoral jeune du 28 février au 3 mars à Yaoundé au Cameroun. Si  pour Inzahbo vourbobe Ella, venue du Tchad et présidente directeur général d’Agrotech alimentaire, l’accès à la terre est difficile dans son pays, elle ne manque pas de souligner que la terre ne trahit jamais celui qui l’a met en valeur. Pour Yeisully Tapias, venue de la Colombie, elle a transcendé le manque d’infrastructures routières de son pays pour se forger une place dans l’entrepreneuriat agropastoral. Olivier Mapouré de nationalité camerounaise et l’un des leaders de l’entrepreneuriat jeune de son pays, pense qu’il faut avoir de l’amour et la persévérance dans son secteur d’activité. La béninoise Tatiana Yobé présente plutôt un schéma : « il faut commencer, persévérer tous les jours, supporter les difficultés et les critiques, perfectionner tous les jours, construire ses capacités. Si les financements sont aussi importants, il faut construire son réseau mondial ».

FIDA

Les jeunes se sont davantage exprimés lors des travaux en atelier sur l’emploi, l’approche de l’entrepreneuriat, le plan d’action pour la jeunesse du FIDA, l’accès aux terres et ressources naturelles, l’accès au finances, le dialogue politique et l’autonomisation des jeunes ruraux, jeunes femmes en action, les approches sur la formation professionnelle, partenariats et accès à l’innovation, aux technologies et techniques de l’information et de la communication et la création d’un Conseil de la jeunesse. La cérémonie officielle d’ouverture a été présidée par le ministre camerounais de l’Agriculture au nom du Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Ceci en présence de Paul Winter, vice président du FIDA, du ministre de l’Agriculture de Sao Tomé et d’autres membres du gouvernement camerounais.

15 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de