Accueil Gouvernance Droits de l’h...

Droits de l’homme, paix, démocratie : Promotion et consolidation au centre d’un atelier

2093
0

Le Centre des Nations unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique centrale a réuni, du 28 au 29 mai à Yaoundé, les représentants des partis politiques et plusieurs acteurs du processus électoral.

« La mise en place d’une société dans laquelle les responsables de partis politiques sont formés, motivés et coordonnées, où les citoyens participent pleinement et librement dans la détermination politique et économique, par un choix libre et éclairé de leurs représentants, occupe une place de choix dans stratégie globale du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme pour la promotion et la protection des droits de l’homme et de la démocratie ». Ces paroles sont d’Abdoulaye Traoré, représentant du Centre des Nations unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique centrale et justifient la table ronde de haut niveau organisée du 28 au 29 à Yaoundé. Autour de la table : les représentants des partis politiques, les institutions nationales intervenant directement dans le processus électoral, les représentants de la société civile, les acteurs des médias et les représentants des agences de l’équipe-pays des Nations unies concernées par la thématique.

En ce qui concerne la diffusion des valeurs démocratiques, le Dr Ngole Ngole, représentant d’Elections Cameroon précise que les partis politiques occupent une place de choix et que cette table ronde est un symbole du progrès voulu pour le Cameroun. Cette symbolique est mise au clair par le Pr Justine Diffo qui souligne dans sa leçon inaugurale que les partis politiques ont le devoir de rendre compte à leurs militants. Et au sujet de la paix, elle pense que la prise de position peut la consolider. « Qui veut la paix prépare la paix, sans la paix, il n’y a pas d’élections fiables, il n’y a pas de processus électoral », a-t-elle martelé.

Au sujet du processus électoral, Chemuta Banda, président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (Cndhl) va reconnaître des avancées avec la mise en place de la biométrie, la prise en compte du handicap et du genre.

Cependant, il souligne qu’il faut encore travailler sur le respect des libertés publiques en période électorale, éviter des anomalies sur les inscriptions, former et mieux encadrer les représentants des partis dans les bureaux de vote. Le travail est encore immense puisque la Cndhl est sur un projet en vue d’améliorer les conditions d’exercice des libertés publiques avec à la clé, la mise en place de l’Observatoire des libertés publiques. Sauf qu’il est important de se refonder, de s’engager en réarmement moral et en culture de la paix.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de