Accueil Culture & Tourisme Fête de la je...

Fête de la jeunesse au Cameroun : Pourquoi un « village jeunesse » au centre de la célébration

272
0

A 72 heures du 11 février, le coordonnateur du village jeunesse, Marc Sandjok édifie sur les objectifs des activités organisées alors qu’une certaine opinion pense que la participation des jeunes à la fête de la jeunesse a été galvaudée.

Pourquoi un « village jeunesse » au centre de la célébration

Pouvez-vous nous faire l’économie des activités du « village jeunesse » ?

Je vous remercie de l’intérêt que vous accordez de manière générale aux activités que mène le ministère de la Jeunesse et de l’Eduction civique et particulièrement à cette 3e édition du village jeunesse qui coïncide avec la 53e célébration de la fête de la jeunesse. Nous avons effectivement commencé nos activités le 1er février avec un panel  regroupé cette année sous la bannière du Youth connekt convention. Ce concept a cinq groupes d’activités spécifiques. Il s’agit certes des activités régaliennes que nous avons l’habitude de mener, mais que nous avons dues regrouper : il y a le youthconnekthangout qui concerne les activités d’échanges interactives des jeunes, soit de manière physique, soit sur les réseaux sociaux. Et là, nous retrouvons le youthtchat online des échanges sociaux éducatifs, le youthreport et puis les activités qui concernent la participation des jeunes dans l’enrôlement à la carte biométrique. Le deuxième groupe c’est le youthconnekt bootcamp: il s’agit des activités d’insertions socioéconomiques. Dans ce chapitre, vous en avez quatre : le business challenge pour lequel des jeunes qui ont des projets et des idées de projets challengent pour que les meilleurs soient non seulement primés, mais soient financés au guichet privilège du Fonds national d’insertion des jeunes (Fonij). Vous avez également dans ce registre la foire promotionnelle de la créativité et des initiatives des jeunes, la foire gastronomique pour la valorisation de l’art culinaire jeune des différentes aires culturelles que compte le pays. Il ya le salon des opportunités qui est cette plateforme qui nous a permis de faire des descentes au niveau de la base. C’est-à-dire, l’accès facile aux jeunes des différentes institutions privées ou publiques qui ont  des opportunités qui s’offrent aux jeunes, mais pour lesquelles à raison des distances administratives ou procédurales ne sont pas toujours à la portée des jeunes. Très souvent le taux d’absorption en termes d’emplois ou d’opportunité est bas à cause de cela. Donc c’est l’occasion pour les jeunes d’être vis-à-vis de ces opportunités et de pouvoir envisager des contacts. Il y a le youthconnekt champion qui concerne les activités d’animations socioculturelles et le gala spécial de l’excellence qui aura lieu le 9 février, ici même au sein du musée et qui va permettre de célébrer tous ces jeunes qui se sont distingués sur le plan national tant sur le plan international. Il ya aussi le youthconnekt dialogue. Là aussi nous avons trois activités : le parlement jeunesse, le quartier de la citoyenneté pour tout ce qui concerne la sensibilisation et la lutte contre les fléaux et également la participation des jeunes de la diaspora qui sont là non seulement pour donner l’exemple, entretenir les petits frères , mais apportent également des appuis. Nous avons le youthconnectcommunityservice qui permet d’inculquer l’esprit de la formation de l’engagement volontaire des jeunes.

Est-ce que les jeunes participent véritablement à ces activités ?

Au départ l’engouement était timide en raison des contingences liées à l’installation définitive du site, mais depuis le 2 février, nous assistons à un rythme infernal des visites ici au musée. L’apothéose c’était hier avec le vernissage officiel pour lequel le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, accompagné d’autres membres du gouvernement et des représentants des structures partenaires, a pu toucher du doigt la réalité de ce qui se passe ici. Pour dire que les jeunes sont de plus en plus conscients. C’est vrai qu’il y a une certaine opinion qui pense que nous avons galvaudé la participation des jeunes à la fête de la jeunesse parce qu’on en voit qui font des charters dans la ville, dans les véhicules, sur les motos. Pour ceux-là, je dois avouer que ce sont des brebis galeuses. Parce que les vrais jeunes conscients savent que ici par exemple, pour ne parler que de l’activité pour laquelle j’ai été désignée à la coordination, tout se passe au mieux et il ya un maillage assez harmonieux entre les activités ludiques. Vous savez quand on a à faire avec la jeunesse, on capte d’abord l’attention par du ludique et on y inculque donc la citoyenneté, la morale utile. Et sur ce chapitre, en dehors du salon sur lequel je me suis étalé, il ya des échanges socio-éducatives et il ya beaucoup à voir. L’engouement est certains.

Toutes ses activités pour quel but final ?

Justement il y a une innovation majeure de cette édition. Toutes les activités qui sont menées ici au village jeunesse 2019, vont prendre l’allure des programmes d’actions qui seront évalués à mi parcourt à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la jeunesse le 12 août prochain et l’évaluation définitive va intervenir à la prochaine célébration de la fête de la jeunesse. Je prends un exemple simple, si au niveau de la foire exposition des initiatives des jeunes, on réalise qu’il y a un jeune qui a excellé dans un domaine porteur , le plan d’action prévoit qu’à terme, c’est-à-dire dans un an , on puisse avoir dix jeunes qui font dans le même domaine d’activité et s’arranger à pouvoir suscité les  vocations pour que ces dix jeunes se retrouvent sur l’étendu du territoire, tout au moins pour un temps au niveau des dix chefs-lieux de région. Je pense que cela va permettre que nous restions dans l’encrage de la vision globale du développement du pays et que nous ne nous retrouvons plus chaque année pour faire des choses ponctuelles et revenir l’année d’après pour recommencer autre chose. Que tout cela soit cohérent avec les missions régaliennes du ministère de la Jeunesse et de l’Eduction civique et beaucoup plus les missions d’encadrement de la jeunesse pour qu’il y ait une visibilité, une lisibilité par rapport à tout ce qui est fait.

Interview réalisée par Léon MGBA

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de