Accueil Economie & Finance Fiscalité : E...

Fiscalité : Enjeux et défis du numérique

937
0

Des solutions numériques à l’élargissement de l’assiette fiscale sont attendues de la 34ème conférence annuelle du Cercle de réflexion et d’échange des dirigeants des administrations fiscales (Credaf) qui se déroule du 10 au 13 juin à Yaoundé.

Les 30 pays du Cercle de réflexion et d’échange des dirigeants des administrations fiscales (Credaf) sont en conclave à Yaoundé. Du 10 au 13 juin, il sera question d’identifier les meilleures pratiques actuelles et les instruments les plus prometteurs susceptibles d’apporter des solutions numériques qui contribueront à l’élargissement de l’assiette fiscale.

Les travaux de la conférence s’articulent autour des enjeux spécifiques du développement des technologies numériques pour le continent africain. Une table ronde et trois ateliers animés par des experts des administrations fiscales ou d’organisations internationales, permettront d’approfondir les travaux qui seront suivis de séances plénières de restitution et d’échanges. Il sera aussi question d’aborder les travaux menés en collaboration avec les différents partenaires du Credaf afin que les pays membres puissent en tirer le meilleur parti.

A l’ouverture de la conférence le 10 juin, Modeste Mopa, le directeur général des Impôts (DGI) du Cameroun a mis en exergue les solutions innovantes permettant de réaliser des gains en termes de Coût de collecte de l’impôt. L’identification et le suivi des contribuables constituent le premier maillon de la chaîne de gestion de l’impôt. Selon le DGI, la dématérialisation des procédures permet des gains significatifs de productivité pour les contribuables comme pour les administrations. Elle permet donc d’abaisser le coût de collecte de l’impôt pour les administrations et les coûts administratifs pour les entreprises. Les possibilités offertes en matière de traçabilité et de dématérialisation des déclarations comme des paiements peuvent contribuer très significativement à la maitrise des risques les plus couramment rencontrés dans les administrations financières. Pour Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun, il est question de simplifier le quotidien des citoyens.

En ouvrant les travaux Louis Paul Motaze, ministre des Finances du Cameroun a souligné que l’apport des technologies numériques doit permettre de mobiliser et d‘utiliser de manière optimale les renseignements détenus par l’administration elle-même, mais aussi par les différents intervenants nationaux et internationaux. Face aux enjeux du numérique, les recommandations des travaux de Yaoundé sont très attendues.

En rappel, le Credaf est né en 1982 au Cameroun. Association à but non lucratif, il regroupe 30 pays membres dont 24 d’Afrique, deux d’Asie, deux d’Europe et deux d’Amérique.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de