Accueil Gouvernance Décentralisat...

Décentralisation : La question des Finances au centre des débats

444
0

Yaoundé abrite du 6 au 7 février les assises générales de la commune  et les premières réactions s’animent sur le financement des collectivités territoriales.

Au nom du président de la République du Cameroun Paul Biya, le Premier ministre, Dion Ngute a procédé ce 6 février à la cérémonie d’ouverture des premières assises générales de la commune. Organisés par le ministère de la Décentralisation et du développement local, les travaux s’animent autour du thème : « Approfondir la décentralisation pour une commune camerounaise rénovée. » ces assises connaissent la participation : des élus des 374 collectivités territoriales, des sénateurs, des députés, des administrations concernées par des questions de décentralisation. La première journée a permis de cueillir à chaud ces premières réactions.

« La question des finances reste une question fondamentale. »

Alioune Badiane, président  du centre d’excellence pour la réflexion et l’action urbaine en Afrique et Keynote speaker de ces assises.

Dans un continent africain affecté par la mondialisation, le local, le territoire sont au cœur de plusieurs réflexions et la recherche des solutions pour l’approche d’un Etat émergent, démocratique et moderne, face aux enjeux économiques sociaux et environnementaux. L’approche locale représente une évolution pour un développement équitable élargi qui favorise l’inclusion sociale, la transformation des modèles de production et de consommation, la gestion des ressources naturelles et la solidarité. Sur le plan conception, on entend par décentralisation et développement local, le droit et la capacité effective des collectivités territoriales de régler et de gérer pour leur propres responsabilités et au profit de leurs populations leurs matières premières. Les  décentralisations politique et administrative sont bien avancées, mais la question des finances reste une question fondamentale.

« Ces assises peuvent permettre une avancée certaine.»

Stanislas Ayissi maire  d’Elig-mfomo

Si nous sommes venus c’est parce que nous pensons que ces assises peuvent permettre une avancée certaine. Nous avons suivi des discours qui nous rassurent. Au terme des assises, je pense que les espoirs sont permis. Sur la question des finances, Vous avez suivi  lors des discours des exemples en Afrique donnés par le sénégalais Alioune Badiane. Pour cette année, Il faut reconnaitre que le gouvernement de la République a fait des efforts. Nous avons reçu 100 millions du ministère de la Décentralisation. Certains ministères ont alloué des crédits à certaines communes. Ce que nous souhaitons c’est qu’au lieu de permettre aux ministères de décider à la tête de telle ou telle commune, qu’on arrête un certain pourcentage qui sera redistribué de façon équitable aux communes. Nous pensons aussi qu’il faut que quelque chose soit faite au niveau de la mise à disposition des fonds alloués aux communes parce que l’unicité de caisse appliquée aujourd’hui ne va pas dans le sens d’alléger les difficultés des communes. Aussi le gouvernement de la République a pris l’option de doter chaque commune d’une commission interne de passation de marché. C’est une avancée. Maintenant il faut rendre ces commissions fonctionnelles. C’est ce que nous attendons avec beaucoup d’espoirs.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de