Accueil A la une Le Feicom a m...

Le Feicom a mal à ses finances

91
0
0 Partages

Développement local : le ministre Georges Elanga Obam a pris la parole pour la première fois dans l’histoire de cette jeune administration en charge d’implémenter la décentralisation.

Georges Elanga Obam s’est exprimé avec l’humilité qui doit caractériser un bleu, dans une assemblée de membres qui se retrouve depuis bientôt 6 ans comme c’est le cas pour le Ciep. Cette première pour son département ministériel nouvellement créé, sera l’occasion de présenter la cartographie des programmes de ce ministère pour le triennat 2019-2021. Il s’agit du programme 350 « gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur décentralisation et développement local », du programme 351 « approfondissement du processus de décentralisation » et le programme support 352 « promotion du développement local ». Il a tenu à rappeler que la décentralisation a été récemment inscrite comme priorité dans l’agenda du gouvernement par le président de la république afin de répondre à une demande sociale. Le ministre Elanga Obam a tenu à rappeler que pour 2019, il lui faudra avec son équipe améliorer l’architecture financière de la décentralisation et que pour la qualité des ressources il faut résoudre des problèmes d’ordre structurel et conjoncturels.

Sur le plan structurel le ministre Elanga s’est fait le porte-parole du Feicom qui subit l’article 79 de la loi portant régime financier de l’Etat instaurant un compte unique du trésor. Cette situation crée des tensions de trésorerie permanente, ainsi que des retards et dysfonctionnements récurrents dans la procédure de mise à disposition des centimes additionnels communaux (CAC). Ainsi par exemple, alors que le compte du Feicom est créditeur de 100 milliards de Fcfa dans les livres du trésor au 1er aout 2018, cet organisme n’arrive pas à faire face à ses obligations vis-vis des communes pour un montant de quelques dizaines de millions de Fcfa. Le Minddevel plaide pour un assouplissement de cette disposition législative pour aider le Feicom et les collectivités décentralisées ayant un compte au 421 du trésor public, afin que leurs missions soient sereinement et efficacement exécutées. L’autre préoccupation du Ministre Elanga Obam est le reste à payer dû aux CTD depuis trois dans le cadre de la dotation générale de décentralisation pour les exercices 2016 et 2017 et des retards de paiement sur l’exercice 2018. Cette situation a créé l’accumulation d’arriérés dans le paiement des salaires des maires. Il a souhaité que le plan d’apurement proposé par le Minfi lors de la session du conseil national de la décentralisation du 07 aout 2018, à savoir 2 milliards fcfa par mois soit. Pour finir le Minddevel a salué le relèvement des ressources alloués au CTD et la décision du président de la république dans sa circulaire du 20 juin, demandant au paragraphe 53 que les dotations accordées permettent aux CTD des choix de projets qui répondent à leurs besoins, contrairement à la formule de « Carton » utilisée antérieurement.

0 0 vote
Article Rating
0 Partages
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments