Accueil Personnalité de semaine Manaouda Mala...

Manaouda Malachie Des marques à la Santé publique

4598
0

Agé de 45 ans, il fait partie des jeunes de l’équipe gouvernementale formé le 04 janvier 2019. A sa nomination, beaucoup regardaient de haut cette confiance du chef de l’Etat, en se disant qu’il accédait à ce poste, non pas du fait de ses compétences mais pour bien de raisons que seul le sérail maitrise. L’on se doutait bien de ce qu’il pouvait apporter au service médical quasiment à l’agonie au Cameroun. Avec des scandales comme celui de Vanessa Tchatchou ou de l’affaire Koumateke.

Mais le nouveau ministre de la Santé publique a fini par surprendre bon nombre ces derniers jours.  Dans une note datée du 14 mars 2019, il recommande aux personnels de Santé de ne plus retenir les malades en incapacité de payer les factures. Bien plus de libérer immédiatement les malades en séquestration et de lui faire leurs états financiers. C’était là une matérialisation du crédo qu’il s’est défini : « l’humanisation des soins et la justice sociale ». La morale de ce natif du Mayo Tsanaga dans l’extrême-nord du pays a de nouveau pris le dessus ce début du mois d’avril.

Manaouda Malachie a pris des sanctions ce 02 avril 2019 à l’encontre de trois infirmières. Celles qui avaient filmé le jeune lycéen poignardé par son camarade, à l’agonie, en pleine réanimation. Pour ces images qu’elles ont pris le soin de publier sur les réseaux sociaux, elles écopent de trois mois de suspension sans préjudice de poursuites judiciaires.

Le ministre de la Santé publique est attendu sur d’autres chantiers. Notamment, la poursuite du processus de mise en place de la couverture santé universelle, la réforme hospitalière, l’achèvement de construction des hôpitaux régionaux de référence, la réhabilitation de la carte sanitaire et la lutte contre les faux médicaments. Des tâches pour lesquelles il devra mettre à profit, son riche parcours au sein de l’administration publique camerounaise. Administrateur civil principal, il a été attaché chargé des affaires organiques à la présidence de 2003 à 2010. Ensuite, secrétaire général du ministère des Arts et de la Culture avant d’occuper le même poste au ministère de l’Eau et de l’énergie. Une fonction qu’il quitte à sa nomination comme ministre.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de