Accueil On en parle Martin Beling...

Martin Belinga Eboutou : Vie d’un homme craint, adulé ou vilipendé

574
0
12 Partages

Son départ de ses fonctions le 02 mars 2018 a donné lieu à toute une fantasmagorie sur la manière dont il aurait appris « son limogeage » et son soit disant refus de libérer ses bureaux… et patati patata. Difficile de démêler l’écheveau, surtout que l’homme était resté égal à lui-même : discret, aphone et même mystérieux. Et c’est ce mystère qui semblait faire sa force au-delà de l’affabilité que lui prêtaient ceux qui le connaissaient en privé. Des affaires, on les lui en a prêté ou attribué, du « mort défenestré du Hilton » à la disparition tragique de l’évêque de Bafia, Mgr Bala… Beaucoup en ont fait « un faiseur de roi » ; d’ailleurs en avril-mai 2009, le magazine Jeune Afrique le classait parmi « les 50 personnalités qui font le Cameroun ».

Seulement, à aucun moment il ne donnera de la voix, n’estera en justice contre aucun un journal pour diffamation ou autre. C’était selon certains le respect du code d’honneur de l’ancien séminariste qu’il était, forgé dans la culture de la discrétion. Pour d’autres le secret pour mieux protéger son chef dont on dira parfois qu’il était « l’ombre ». Il faut lui reconnaître l’ouverture communicationnelle du palais avec la création d’un site web et d’une page Facebook dynamiques, une page Twitter, un magazine « Le Temps des Réalisations ».

Martin Belinga Eboutou qui s’en est allé pour l’éternité le 08 mai 2019 dans un hôpital de Genève en Suisse, a été longtemps le visage du palais présidentiel. Directeur du protocole d’Etat, directeur du Cabinet civil à deux reprises, conseiller spécial du président Paul Biya, ambassadeur chef de la mission permanente du Cameroun auprès des Nations unies, Belinga Eboutou a été aussi un membre influent de la délégation camerounaise dans le suivi de l’affaire Bakassi, à la Cour internationale de Justice de La Haye et dans la Commission mixte Cameroun-Nigeria-ONU en vue de la résolution définitive de ce conflit. Il faut également président du comité national d’organisation des Cinquantenaires de l’Indépendance et de la Réunification du Cameroun, que a été célébré en 2010 et 2011.

12 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de