Accueil Culture & Tourisme Menaces sur l...

Menaces sur les biens culturels : L’Unesco promet de soutenir le Cameroun

1121
0

Au cours du forum Unesco-Afrique-Chine auquel a pris part le ministre camerounais des Arts et de la Culture, les deux parties ont pris l’engagement de trouver des solutions contre le braconnage et l’implantation abusive des agro industriels.

Afrique en miniature, le Cameroun compte une diversité floristique, faunique et culturelle. Plus de 8 000 espèces dans la flore et plus de 4 000 dans la faune. Au plan le socio-culturel, cinq grandes familles de langues africaines dont celle nigério-kordofanienne qui s’exprime en langue bantu. Une langue parlée par un africain sur trois, selon les linguistes. Afin de préserver cette richesse, 33 aires sont protégées et 350 biens culturels inventoriés, dont 19 biens figurent sur la liste indicative et deux biens naturels classés sur la liste du patrimoine mondial. La Réserve de faune du Dja et le Tri national de la Sangha.

Seulement, l’état de conservation de ces sites aujourd’hui préoccupe. Le ministre des arts et de la Culture a dressé l’état des lieux au cours de la table ronde de haut niveau au forum Unesco-Afrique-Chine sur le renforcement des capacités et la coopération sur le patrimoine mondial qui s’est tenu en ce début du mois de juin à Paris.  Ismaël Bidoung Kpwatt a souligné entre autres « les menaces exercées par le braconnage et la déforestation ; la présence des grands projets structurants autour de la réserve, notamment la construction du barrage hydro-électrique de Mekin, la mise en place de la plantation agro-industrielle Sud Hévéa Cameroun». Ceci en regrettant que «  certains préalables relatifs à la mise en œuvre desdits projets autour d’un bien du patrimoine mondial n’avaient pas été pris en compte au départ ».

Mais, précise le ministre, plusieurs mesures correctives ont été prises par l’Etat du Cameroun qui  « depuis 2016 a mobilisé des ressources financières d’un montant de 294 540 000 Fcfa pour la réalisation de l’évaluation environnementale et sociale stratégique des grands projets autour du Bien ».

Toutefois, poursuite le ministre, le Cameroun est à la recherche de solutions appropriées pour la préservation de la Valeur universelle exceptionnelle de ses biens. En réponse, le directeur de la Culture et des urgences de l’Unesco rassure quant à l’accompagnement du Cameroun « notamment dans le domaine de renforcement des capacités pour la protection des biens culturels contre le trafic illicite, également pour les musées » a déclaré Lazare Eloundou Assomo.

De son côté le Cameroun s’est engagé à ratifier les dernières conventions culturelles de l’Unesco.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de