Accueil A la une Nigéria-Libre...

Nigéria-Libre échange : La fermeture des frontières met en mal la Cédéao

17
0
Nigéria
0 Partages

Plusieurs pays africains sont affectés par l’absence d’ouverture terrestre  avec la première puissance du continent.  

Les ministres du commerce et des affaires étrangères des 15  pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) étaient réunis à Ouagadougou au Burkina Faso le 15 février dernier. Sur la table, la question de la fermeture des frontières terrestres du Nigéria qui est selon eux « très préoccupante ». « Notre communauté vit des moments difficiles. La fermeture des frontières terrestres avec le Niger, le Nigéria et le Bénin depuis six mois maintenant a un impact négatif sur le volume des échanges intercommunautaires pour les années 2019 et 2020 », regrette le président de la commission de la Cédéao, Jean Claude Kassi Brau.

PLAN DE SITUATION DU NIGERIA

La Cedeao espère trouver des solutions au moins à court terme à cette situation.  Le 9 février déjà, un comité  a été mis en place pour se pencher sur le problème. En marge du 33e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie, des chefs de gouvernement de la Cedeao avaient profité pour se réunir et décider de la création d’un comité. Ce nouveau comité devrait être dirigé par le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré. On lui avait confié la  charge d’étudier et d’établir un rapport complet sur la fermeture des frontières terrestres du Nigeria, notamment ses effets sur les pays membres de la Cedeao et ensuite de prendre les mesures nécessaires.

TRANSIT TERRESTRE BLOQUE AUX FRONTIÈRES DU NIGERIA

C’est depuis Août 2019 que le Nigéria a pris la décision de fermer ses frontières terrestres avec le Bénin. Le président nigérian avait justifié cet acte par la lutte contre la contrebande du riz et du poulet congelé en provenance du Bénin qui traversait illégalement ses frontières. Car, «lorsque la plupart des véhicules transportant du riz et d’autres produits alimentaires à travers nos frontières terrestres sont interceptés, vous trouvez des drogues dures bon marché et des armes légères sous les produits alimentaires. Cela a des conséquences terribles pour n’importe quel pays », avait indiqué Muhammadu Buhari. Il avait ajouté que la réouverture pourrait dépendre de plusieurs questions, notamment du rapport du comité transfrontalier qui a été mis en place. « Une fois que le comité présentera ses recommandations, nous siégeons et les examinerons afin de prendre une décision », avait il souligné.

Alice Bessong

0 0 vote
Article Rating
0 Partages
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments