Accueil Gouvernance Populations c...

Populations camerounaises : 7 actions pour améliorer son bien-être.

36
0
13 Partages

Le ministre Alamine Ousmane Mey a saisi l’occasion de la journée mondiale de la population pour dresser un état de la situation locale.

25 ans cette année que s’est tenue la Conférence internationale sur la population et le développement(CIPD), et cette anniversaire était placé sous le thème « accélérer la croissance ». La Cipd qui s’est tenue en Egypte en a été selon le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, « un tournant historique s’agissant des questions de populations et de développement ».  Tournant historique car pour une fois plus de 179 Etats s’étaient sont engagés pour la réduction de la pauvreté, l’autonomisation des jeunes et des femmes, l’accès aux soins de santé y compris aux soins de santé de reproduction, la promotion du capital humain pour le bien des familles, des individus et de la communauté. Des progrès ont certes étés enregistrés dans le cas du Cameroun en 1998 et 2011 avec un taux de mortalité qui est passé de 77 à 62 pour 1000 naissantes vivantes, alors que le le nombre d’enfants moyen par femmes est passé de 5,2 à 4,9 enfants avec une prévalence contraceptive qui est passé de 24 à 34,5 % entre 1998 et 2011.

Ces progrès qui ont tendance à s’essouffler aujourd’hui avec une détérioration des acquis, ont conduit le gouvernement du Cameroun à adresser un nombre de solutions pour y remédier. Au rang de ces mesures, il y a la densification de la carte sanitaire avec l’ouverture de service de planification familiale dans les formations sanitaires ; la mise en œuvre du programme multisectoriel de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale, infantile et juvénile ; l’adhésion en 2014 à l’Initiative mondiale Family planning 2020(FP 2020) afin d’élargir l’accès aux programmes de planification familiale basés sur les droits de reproductifs, l’amélioration de l’accès l’éducation de base ; la participation de toutes les catégories de populations aux prises de décision et l’appropriation par tous des instruments tant nationaux qu’internationaux garantissant le respect des droits humains.

Il reste maintenant à remobiliser tous les acteurs tant politiques, économiques, sociaux pour une contribution communautaire et participative à la mise en œuvre des actions prévues, afin d’inverser positivement la tendance pour un meilleur bien-être des populations.

13 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de