Accueil A la une Port autonome...

Port autonome de Douala : De nouveaux atouts de performance

499
0

Un décret présidentiel daté du 24 janvier 2019 réorganise cette structure et lui permet d’avoir une large marge de manœuvre pour être plus compétitive.

Le Port autonome de Douala (PAD) a de quoi renforcer son dynamisme. Le décret N° 201034 du 24 janvier 2019 lui permet de s’arrimer aux standards internationaux du secteur maritime et portuaire. Cet acte vient booster les compétences du PAD dans les domaines qui lui sont dévolus. Notamment la gestion, la promotion et le marketing du port de Douala-Bonabéri, l’organisation et la réalisation des travaux d’équipement, d’extension, d’amélioration, de renouvellement, de reconstruction, d’entretien du Port et de ses dépendances. A cette liste, il faut ajouter la création et l’aménagement des zones industrielles et portuaires.

Au-delà de ces missions, le texte présidentiel confère au PAD de nouvelles charges. Il s’agit notamment de coordonner les activités industrielles et commerciales relatives à l’exploitation portuaire (entreposage, acconage, transbordement de navire à navire, manutention, gestion des terminaux, transit…)

Fin de conflits

Aux termes de l’article 22 du décret « l’État transfère au Port autonome de Douala en propriété́ ou en jouissance, selon le statut juridique de ces biens, les actifs, ainsi que le patrimoine de l’ex-Office National des Ports du Cameroun (Onpc) ». Cette disposition vient mettre un terme au litige qui a longtemps opposé le PAD au gestionnaire des actifs résiduels de l’Onpc. Mais également au conflit d’autorité observé entre le PAD et le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières.

L’autre fait important du décret du président de la République, ce sont les privilèges du trésor accordés au PAD. L’article 31 indique que : « le Port autonome de Douala dispose, pour le recouvrement de ses créances, des prérogatives et privilèges du Trésor, ainsi que ceux prévus par les actes uniformes de l’Ohada…». De même, le PAD a désormais la possibilité de créer des filiales, de manière à conduire certaines activités dans le cadre d’une régie déléguée. Il pourra en l’occurrence, prendre en main la gestion en cas de défaillance, de certains secteurs dits stratégiques et en faire un démembrement de l’autorité portuaire.  Ce sera notamment, le cas pour le dragage du chenal du Wouri.

Par ailleurs, le Port autonome de Douala se doit de remplir sa responsabilité sociale en contribuant au développement des populations riveraines.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de