Accueil Emploi & Formation Travail décen...

Travail décent : La condition des employés de maison inquiète

467
0

Une concertation entre l’équipe du Bureau International du Travail et le gouvernement a abouti à l’élaboration d’un projet de révision du cadre juridique lié au travail domestique au Cameroun.

Le travail domestique au Cameroun est loin des  plus décents. Des salaires parfois en dessous du Smig, l’absence des congés et dans certains cas des violences physiques ou morales. Il s’agit du lot quotidien de ces employés de maison  qui sont pour la plupart issus des couches sociales défavorisées. Des femmes et des enfants.  L’une des causes de cette situation alarmante est l’ancienneté de la règlementation de ce secteur. L’actuel texte en vigueur au Cameroun date d’au moins 40 ans.  Les travaux qui se sont déroulés le 5 février dernier à Yaoundé entendent résoudre ce problème.  Cet atelier quadripartite était initié par le Bureau international du Travail(BIT) et le ministère du Travail et de la Sécurité sociale.

Au terme de la concertation, un projet de révision des dispositions organisant le travail domestique au Cameroun a été élaboré. Le document apporte des suggestions aux manquements observés dans les textes en vigueur. Il propose notamment l’exigence d’un contrat de travail écrit, loin de ce qui se fait verbalement jusqu’ici. Ledit contrat doit spécifier clairement les tâches à accomplir, la rémunération et l’obligation de verser le salaire à la fin du mois et la preuve que l’employeur a compris ses engagements. Pour faciliter sa rédaction, un modèle de contrat a été proposé. Dans la même veine le projet définit clairement le statut du personnel domestique. Alors que l’actuelle réglementation ne considère pas comme travailleur toute personne employée pour une durée inférieure à  20 heures par semaine, ce projet de texte annule cette clause.

Il est également prévu  l’obligation pour l’employeur qui sollicite un personnel domestique de faire parvenir l’offre d’emploi au lieu de résidence habituelle des travailleurs. Ceci pour  éviter que ce derniers se déplacent d’une ville à une autre et se trouvent contraints de travailler.De même une catégorisation du personnel est proposée. Dans cette grille, le salaire le plus bas équivaut au Smig.

Cette proposition de texte règlementaire est le fruit des discussions menées par l’équipe du BIT et les associations professionnelles du secteur domestique d’une part et les institutions d’autre part.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de