Accueil Afrique Un député avo...

Un député avoue avoir touché 40 millions

23
0
0 Partages
RCA. L’élu reconnait avoir perçu des pots-de-vin pour faciliter l’obtention d’un permis minier à une entreprise chinoise. Une enquête parlementaire révèle également l’implication de hauts cadres de l’administration.
En République centrafricaine, l’affaire fait la une des journaux depuis plusieurs jours. Le député Mandaba, président de la Commission Production, Ressources naturelles et Environnement à l’Assemblée nationale a avoué avoir reçu 40 millions de Fcfa de la part d’une entreprise chinoise afin de faciliter l’obtention d’un permis minier. Ne l’ayant finalement pas obtenu, l’entreprise chinoise demande à être dédommagée. La commission parlementaire qui a enquêté sur le sujet cite également plusieurs autres personnalités impliquées dont le ministre des Mines.
Pour ce dernier, il n’y a pas de corruption possible dans son ministère. « Chaque fois que quelqu’un introduit un dossier, nous l’examinons. On lui demande toutes les pièces. Et c’est un comité interministériel qui examine le dossier et qui juge. Dès que cela est prêt, j’envoie au ministre des relations avec les institutions de la République qui l’envoie au niveau de l’Assemblée nationale. À partir de ce moment, j’attends comme tout le monde que l’on me donne l’autorisation de la signature de la convention. Je suis ministre des Mines, je fais mon travail et j’attends. » S’est justifié Mboli Fatran.
Certains députés regrettent que les permis soient validés au niveau du bureau de l’Assemblée nationale et non en plénière. Le Parlement a décidé d’appliquer des mesures conservatoires et de poursuivre les enquêtes.
T.M
photo : Assemblée nationale Bangui
0 Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de